I
Que sont ces Rased qui disparaissent ?

 

PDF Imprimer Envoyer

Cette année encore, la rentrée des classes a vu son lot de protestations contre les suppressions de postes dans les écoles, notamment les Rased. Le 13e n’y a pas échappé, et en a perdu trois. Focus sur un métier méconnu, au centre de toutes les tensions concernant la politique éducative.

L’année scolaire 2012-2013 est bien « la dernière année Châtel ». La rentrée des classes de septembre a vu s’appliquer les mesures décidées par l’ancien ministre de l’Éducation nationale au printemps. Pour la dernière fois, elle s’est inscrite dans la continuité des coupes massives dans la fonction publique dictées par le président Sarkozy depuis 2007. Une fois encore, on a ratissé large parmi les Rased - 46 postes en moins dans l’académie de Paris -, et syndicats comme parents d’élèves n’ont pas manqué de protester vivement contre un « réel acharnement » envers ces maîtres qu’ils considèrent comme « indispensables ». Alors, de quoi parle-t-on ?

Rased ne désigne pas un métier à proprement parler, mais des Réseaux d’aides spécialisés aux élèves en difficulté. Créés en 1990, ils se sont substitués aux Groupes d’aides psychopédagogiques (Gapp), composés d’un psychologue scolaire, d’un psychopédagogue et d’un psychomotricien, tous trois rattachés à une même école, maternelle ou élémentaire. Avec les Rased on a gardé le même personnel mais on a tenté d’optimiser leur couverture des écoles en les affectant à une circonscription, zone comprenant environ une vingtaine d’établissements.

Des instits très spécialisés

Les trois intervenants de chaque Rased travaillent de concert. Le psychologue scolaire effectue avant tout une mission de dépistage d’une éventuelle pathologie et joue le rôle de médiateur avec la famille. Après une phase d’observation en classe, et une concertation avec les instituteurs et le directeur, on propose aux parents des élèves en difficulté de les aiguiller vers une aide complémentaire auprès du maître E ou G – c’est comme ça qu’ils sont appelés-, deux enseignants spécialisés qui ont reçu une formation spécifique d’un an.

Le maître G, ou rééducateur, se consacre aux enfants qui n’arrivent pas à rentrer dans leur costume d’élèves car ils sont parasités par des troubles du comportement : agitation, inhibition, dépression... Il s’agit alors de leur faire accepter les contraintes de l’école et d’éveiller en eux le désir d’apprendre. En séances hebdomadaires de quarante minutes, le plus souvent individuelles, le rééducateur utilise le jeu comme moyen d’apprentissage. En dessinant, en construisant des lego ou en jouant par exemple au mousquetaire avec le maître, l’enfant apprend à dépasser sa difficulté.

Lire la suite dans Le 13 du Mois # 22


Publié par Emmanuel Salloum  le 09 Octobre 2012
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

///  Rubriques
Inscrivez vous à notre Newsletter

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/ledumois/www/modules/mod_mailchimp2/mod_mailchimp2.php on line 176
Impossible de trouver la liste avec l'id : a9e02de4df