I
DOSSIER - Combien gagnent vos élus ?

 

PDF Imprimer Envoyer

 

« L’argent n’est point déshonorant, quand il est le salaire, et la rémunération et la paye, par conséquent quand il est le traitement. Quand il est pauvrement gagné. » Cette citation de Charles Péguy figure en préambule de L’État au régime, le dernier ouvrage très médiatisé de René Dosière.

Cumul des mandats et des indemnités, stratification dispendieuse des collectivités locales françaises sont dans son viseur. Alors, dans cette idée, nous avons décidé de jeter un œil à l’échelle du 13e et, par extension, de Paris. Voilà qui nous paraissait couler de source, après le récent débat sur l’indemnité de frais de mandat rabotée par la nouvelle majorité parlementaire.

Suivisme ? Populisme ? C’est cette crainte en forme de reproche que nous a opposée l’équipe municipale. Parler d’argent à nos élus locaux n’a pas été chose aisée. Les résistances ont été patentes, nous avons pris le parti de les exposer. Ne noircissons pas le tableau outre mesure, cela dit. Nous avons pu évoquer avec un certain nombre d’entre eux leur porte-monnaie autant que le sacerdoce de l’élu. Les moins galonnés, ceux qui ne sont pas des professionnels de la politique, exercent leur mandat en parallèle de leur carrière professionnelle. Nous souhaitions aussi faire part des difficultés qui en découlent. En voici le détail.

Qui veut bien nous parler d’argent

Dur dur de parler rémunértaions à nos édiles. Voici, en guise de mise en bouche, la chronique d’une démarche jalonnée de heurts.

Alors voilà, nous avons décidé de mettre les pieds dans le plat. Décidés à tirer au clair qui gagne quoi parmi la variété des élus de l’arrondissement - qui sont également conseillers de Paris, députés ou conseillers régionaux -, nous avons raclé nos fonds de tiroir, réuni des adresses mails et choisi d’envoyer un questionnaire à l’ensemble des conseillers du 13e. Voyez ci-contre cette production. La démarche, que nous savions risquée, ne nous paraissait pas si inconvenante au regard du regain de forme post-sarkozyste de la notion de transparence. Cela d’autant que l’immense majorité des élus du 13e est à gauche.

Quelques réponses nous sont immédiatement parvenues (voir page suivante). Puis ce fut le silence radio. Mot d’ordre édicté en haut lieu ? Pour s’en assurer, nous passons un coup de fil au maire Jérôme Coumet. On apprend en effet que la majorité municipale a décidé de se réunir ultérieurement pour nous apporter une réponse « collective ». Nous voilà refroidis, nous qui pensions que l’élu municipal était un être pensant doté d’indépendance d’esprit. Mais soit. Jérôme Coumet accepterait-il tout de même de nous recevoir pour évoquer ses émoluments et diverses questions liées au statut de l’élu ? Refus catégorique, d’autant plus étonnant que ce fut une première de la part de l’homme, d’ordinaire affable et déférent. On s’entend répondre que « les questions d’argent sont sensibles en France, c’est comme ça, c’est une tradition ». Au temps pour nous. Et le temps va filer, puisque la question sera reprise en main par la com’ de la Mairie, qui nous fera parvenir bien tardivement cette fameuse réponse, que nous publions page 24.

Lire la suite dans Le 13 du Mois # 22


 

 

 

Publié par Jérémie Potée  le 10 Octobre 2012
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

///  Rubriques
Inscrivez vous à notre Newsletter
adresse e-mail: