I
En bref # 16

 

PDF Imprimer Envoyer

Législatives 2012 : Échos de campagne

Au Front de gauche : Leïla Chaibi candidate dans la 10e

Le Front de gauche laisse la place aux jeunes. Après avoir désigné Emmanuelle Becker, conseillère de Paris de 28 ans, candidate dans la 9e circonscription (13e Est), c’est finalement Leïla Chaibi, 29 ans, qui a été choisie dans la 10e circonscription (13e Ouest). Parisienne depuis 2005, la jeune femme a été la dernière candidate désignée par le Front de gauche à Paris après plusieurs semaines de négociations, chaque parti de l’alliance d’extrême gauche souhaitant placer l’un de ses pions dans la circonscription. C’est finalement une pro du militantisme coup de poing, « secrétaire nationale à l’abolition du précariat » dans le Parti de gauche qui a remporté la mise. Passée par le collectif « Génération précaire » qui dénonçait l’exploitation des stagiaires, elle a été l’un des membres fondateurs de Jeudi noir, mouvement né en 2006 et devenu spécialiste de la « réquisition citoyenne » d’immeubles, comme les actions très médiatisées de la rue de la Banque ou de la place des Vosges. Leïla Chaibi a enfin été à l’origine de « pique-niques citoyens » dans les supermarchés avec le collectif « L’appel et la pioche » qu’elle préside. Désireuse que ses actions fassent plus qu’un simple buzz médiatique, la militante a décidé de s’encarter en 2008. C’est d’abord le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) d’Olivier Besancenot qui a trouvé grâce à ses yeux. Déçue que le parti prenne ses distances avec le Front de gauche naissant, elle a finalement décidé de rejoindre ce dernier il y a un an.

Au POI : un infirmier pour contrer Le Guen

Du côté du Parti ouvrier indépendant (POI), aux scores marginaux au niveau national mais qui compte une bonne centaine d’adhérents dans le 13e, la campagne des législatives est déjà dans toutes les têtes. Et pour cause, pas de candidature POI aux présidentielles - pas de Gérard Schivardi cette fois-ci -, l’objectif sera donc de se faire entendre en juin. Les thèmes de la campagne sont déjà définis : rejet du nouveau traité européen de Bruxelles et pour ce qui est du local, rejet du projet de destruction d’une partie de la Pitié-Salpêtrière. Pour peser dans le débat public et contrer les arguments du grand favori de la 9e circonscription - le député sortant Jean-Marie Le Guen, spécialiste au PS des questions de santé -, le POI fait le pari de présenter la candidature d’Emmanuel Dehu, infirmier dans le service d’hospitalisation à domicile de la Pitié-Salpêtrière. « On met volontairement un infirmier face au probable futur ministre de la Santé », annonce Daniel Schapira, figure historique du POI dans l’arrondissement, pour qui la profession du candidat est en soi « une partie du programme ». Jean-Marie Le Guen, le POI ne l’aime pas trop. C’est un peu moins le cas de Serge Blisko, le sortant recalé par l’accord PS/Verts au profit de Denis Baupin dans l’autre circonscription du 13e. « On fait une grande différence entre Blisko et Le Guen. Si Blisko décide finalement d’entrer en campagne alors il manifestera clairement son désaccord par rapport à l’accord PS/Verts, et nous ne présenterons pas de candidat dans ce cas », précise Daniel Schapira. De Serge Blisko dépendra donc une candidature POI dans 10e circonscription.

Au FN, on chasse les signatures avant les circonscriptions

Aucun candidat frontiste n’a été désigné pour le moment dans le 13e arrondissement pour la bataille des législatives de juin. Toute l’action du parti serait pour le moment concentrée sur l’élection présidentielle et notamment la chasse aux 500 signatures nécessaires à la candidature de Marine Le Pen.

 

Lire la suite dans le 13 du Mois #16

Publié par Administrator  le 06 Avril 2012
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

///  Rubriques
Inscrivez vous à notre Newsletter
adresse e-mail: