I

13 avril - 13 mai 2014 - no39

EDITO | La Fabrique de l’histoire

Billet post-élection de Jérôme Coumet et post-abstention de 42%. Pas besoin d’être éditorialiste politique pour conclure au désintérêt global pour la chose politique. Sans évoquer les raisons complexes, profondes et en partie compréhensibles à cela, ni pointer du doigt qui que ce soit, on ne peut s’empêcher de penser que c’est dommage. Quand vous lirez notre nouvelle rubrique « Rétro-actu » et que vous (re)découvrirez le récit de l’élection de Jacques Toubon dans le 13e en 1983, vous y trouverez, comme nous, une saveur particulière. Un goût de bataille, d’enjeu, de militantisme. Essayons de ne pas y voir pour autant un « c’était mieux avant ». C’est toujours comme ça avec le passé, ça se raconte avec d’autres mots, et ça a toujours l’air plus intéressant. Le présent, ce sont les faits, sans conscience que l’histoire est en train de se faire et qu’elle se racontera aussi un jour. Certainement avec d’autres mots. Enfin, c’est la façon optimiste de voir les choses...

En enquêtant sur Paris Rive Gauche, en chantier depuis plus de vingt ans et pour une dizaine d’années encore, c’est précisément cette thématique passé/présent que nous avons touchée du doigt. Quelle identité pour ce quartier tout neuf, sans passé et encore inachevé ? Comme dirait l’ethnologue Pascal Dibie, que nous avons rencontré pour ce dossier : « Un quartier, ça s’habite, ça se façonne, ça se patine. » Il faudra du temps pour que les habitants du 13e s’approprient Paris Rive Gauche, que beaucoup jugent comme « l’autre 13e », pire « le faux 13e », sans vie et coupé du reste de l’arrondissement. Nous vous le racontons au présent et de l’intérieur, pour cerner ce quartier si particulier.

Le passé attire, c’est évident. Quand des entrepreneurs décident de faire revivre la bière parisienne d’antan (voir notre 13e Œil), c’est parce qu’ils savent qu’il y a un marché à conquérir ; quand ce sont des passionnés autodidactes qui se lancent, c’est aussi un peu par nostalgie. C’est aussi pour ressusciter des souvenirs anciens que les frères du convent dominicain Saint-Jacques se sont confiés au 13 du Mois. Leurs histoires sont parfois incroyables, mais les nôtres sont en cours, ne l’oublions pas.

 

{jcomments on}

Publié par Virginie  le 14 Avril 2014

Extrait - La visionneuse

///  Rubriques
///  Boutique
↓ ↓ ↓                               ↓ ↓ ↓
///  Le kiosque
///  Contacts
Inscrivez vous à notre Newsletter
adresse e-mail: